Un film qui ne coûte que 1,6 millions de dollars n’a pas besoin d’être un événement culturel pour générer des profits.

Steven Andrew Soderbergh (14 janvier 1963 – ), producteur, réalisateur,
scénariste, cinéaste et auteur américain

Dans notre article intitulé « Epargner ou investir ?», nous avons vu que les gens investissement pour réaliser un certain rendement.

Quand il s’agit de se décider pour un type d’investissement, beaucoup d’investisseurs se concentrent sur le niveau des taux d’intérêt, sur les perspectives de croissance des sociétés dont ils veulent acquérir des actions, sur les performances passées de fonds d’investissement ou sur des gains en capital potentiels. Le plus souvent, ils ont tendance à négliger, ou du moins à sous-estimer, un élément qui a un impact immense sur le succès de leur placement : les coûts d’investissement.

Or, des coûts guettent partout, certains sont transparents et affichés clairement, d’autres sont camouflés, cachés, certains sont uniques, d’autres récurrents, certains sont fixes, d’autres sont variables…

Quelle que soit leur forme, ils ont tous une chose en commun: la fâcheuse tendance à éroder plus ou moins fortement le rendement de votre placement avec le temps. Après tout, ce que vous retirez de votre investissement, c’est la performance diminuée des coûts.

Certes, gérer le compte d’épargne ou le compte titres d’un client, développer un produit financier, acheter des actions en Bourse pour le compte d’un client, gérer un fonds d’investissement, offrir des conseils de placement… sont tous des services financiers, et ceux qui offrent ces services veulent être rémunérés pour le faire.

Mais il est très rare que des prestataires de services envoient à leurs clients des factures détaillées pour leurs services. Ils les font plutôt payer des frais et commissions. Le problème qui se pose est que les sociétés sont souvent très discrètes sur les frais aue génèrent leurs produits et services.